L’alternateur, fonctionnement et dysfonctionnement

L’alternateur, fonctionnement et dysfonctionnement

L’alternateur est une pièce auto électrique composé de bobine et de fils de cuivre servant à reconstituer la tension initiale de la batterie, elle répond  à la demande générale en électricité d’une voiture.  Les pannes liées à l’alternateur sont diverses et nécessitent ainsi un entretien particulier, voire un remplacement lorsqu’il le faut.

Comment fonctionne un alternateur ?

L’alternateur a été utilisé très longtemps avant d’être exploité et performé par l’industrie automobile. La technologie de l’électricité s’est vite rendu compte de la difficulté à remettre en tension une batterie et a fini par trouver une solution permanente pour la recharger à partir de l’énergie mécanique. Sur les voitures, cette méthode n’a pas été difficile à reproduire car, grâce à l’énergie cinétique obtenue sur la rotation du moteur, l’alternateur a vite trouvé son rôle.

 

 

 

 

Composé d’un aimant et d’une bobine de cuivre, la création du courant par l’alternateur est suffisante pour alimenter les petits circuits tout en rendant la tension initiale d’une batterie.

En clair, le moteur transfère le mouvement de rotation par le biais d’une courroie à l’alternateur qui, crée et distribue la charge vers la batterie, c’est ainsi qu’on peut utiliser nos phares très longtemps pendant les trajets de nuits, écouter la radio amplifiée, ou de charger nos téléphones dans la voiture sans risque.

Il est à noter que ce système  ne fonctionne et ne produit de l’électricité que lorsque le moteur est en mouvement. Dans le cas contraire, c’est la batterie qui travaille à sens unique en versant tout son potentiel dans le circuit sans se régénérer et c’est le véritable danger encouru lorsqu’on est face à une panne d’alternateur en pleine route.

Quels sont les problèmes rencontrés sur l’alternateur ?

L’alternateur est une pièce qui travaille en permanence lorsque le moteur est allumé. Sachant que le voltage faible d’une batterie standard ne suffirait pas à démarrer une voiture plus de deux fois, on ne peut donc imaginer un circuit électrique d’une voiture sans alternateur.

Que ce soit pour les indications de  positions (code, phare, clignotants, veilleuses…) pour l’habitacle (tableau de bord, plafonnets, radio, allumes-cigares, sièges chauffants…) ou encore pour les essuies glaces et les bougies, la batterie et l’alternateur doivent travailler sans concessions et une panne venant de l’un d’entre eux serait fatal au système électrique.

Le problème peut être d’origine mécanique mais également électrique.

Tout d’abord, c’est un dispositif qui tire son énergie d’un mouvement mécanique soit par le tour moteur. Il est relié par courroie à ce mouvement et opère la création d’électricité par la suite. Lorsque ce mouvement n’est pas adéquat ou défaillant, la charge récupérée est systématiquement impactée; aussi lorsque la courroie n’est plus tendue comme il le faut et lorsque le régime moteur est faible, il ne peut fournir l’électricité nécessaire à la batterie. C’est pour cette raison qu’il faut vérifier régulièrement cette connexion afin d’éviter le manque d’énergie subite qui pénalise le système entier.

Ensuite, c’est le bloc de l’alternateur en lui-même qui doit être vérifié minutieusement. Il s’agit d’un organe électrique qui dispose de récepteur et de distributeur (les pôles positif et négatif). Entre ces deux bornes se traduit la création de l’électricité par la bobine et l’aimant. Lorsque l’un de ces organes est altéré, l’alternateur génère peu ou pas du tout de courant, le moyen rapide de vérifier cet état est de contrôler la charge par un multimètre.

Comment entretenir l’alternateur et quand remplacer ?

L’usure d’un alternateur est systématique, il ne peut durer éternellement mais sa longévité pourrait augmenter si on effectue un entretien sérieux. En premier lieu, il faut respecter les conditions qui lui permettent de fonctionner correctement. Il s’agit dans ce cas de vérifier et de remplacer la courroie lorsque celle-ci commence à lâcher(ou à présenter des fissures), dans ce même ordre d’idée, la poulie directrice devra également être contrôlée et il en est de même pour les faisceaux relayeurs (vérifier si le circuit de charge est bien fonctionnel).

En second lieu, il faut adopter des gestes adaptés au devoir et à la capacité de l’alternateur ainsi qu’aux besoins électriques de la voiture. Ceci indique par conséquent une utilisation responsable des accessoires, en éteignant les feux lorsque la batterie est faible ou en donnant un régime élevé pour récolter un tour moteur adéquat par exemple.

Enfin, lorsque l’alternateur n’est plus capable de créer de l’électricité, il faut le remplacer très rapidement. Dès les premiers symptômes (ratage du moteur, faiblesse des feux….) il est obligatoire de faire de suite un diagnostic du circuit et songer à remplacer si c’est l’alternateur qui fait défaut, sachant qu’un éventuel rembobinage ou remise à niveau n’est pas très efficace.

 

 

 

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager