Loi montagne 2021

Loi Montagne : chaussettes à neige et chaines obligatoires ?

La loi Montagne apporte dès le 1er novembre 2021, une nouvelle obligation au Code de la route. À partir de cette date, les automobilistes circulant sur certaines zones indiquées par le panneau B26 et du 1er novembre au 31 mars, devront désormais équiper leur véhicule de pneus neige, chaînes ou chaussettes à neige.

Et contrairement à l’idée reçue, il n’y a aucune obligation à installer des pneus neige. En effet, d’autres alternatives sont possibles. A savoir les chaînes à neige et les chaussettes neige.

Loi Montagne 2021 : ce qui change pour les automobilistes français

Avant que la loi Montagne ne soit adoptée, le Code de la route conseillait déjà d’équiper sa voiture en conséquence sur les routes enneigées et verglacées. Maintenant, c’est une obligation sur toutes les zones délimitées par le panneau B26 (entrée de zone )et B27 (sortie de zone).

En cas de non-respect et de contrôle par les forces de l’ordre, le conducteur se verra infliger une contravention de 135 €.

Quelles sont les zones concernées par la loi Montagne ?

Les zones indiquées par le panneau B26 se trouvent très souvent en montagne, à proximité des stations de ski ou à l’approche d’un col d’altitude. Autrement dit, dès que vous croisez ce panneau, vous devez monter des chaussettes à neige ou des chaînes à neige sur les deux roues motrices de votre voiture.  À moins bien entendu, que vous ayez déjà opté pour 4 pneus neige.

Au total, ce sont 48 départements français qui sont sous le coup de la loi Montagne, c’est-à-dire dans tous ceux où il y a le plus d’accidents causés par des conditions climatiques hivernales.

Si vous devez circuler sur ces routes entre le 1er novembre et le 31 mars, soyez prévoyant et anticipez en mettant par exemple dans votre coffre des chaînes ou des chaussettes à neige.

 

Chaines à neige : comment bien les choisir ?

Depuis la loi Montagne, les chaînes à neige au même titre que les chaussettes à neige et pneus neige, sont indispensables pour la saison hivernale en montagne. Mais comment fonctionnent-elles et comment les installer ? On fait le point.

Chaines à neige : utilité et fonctionnement

Les chaînes à neige se fixent sur les roues motrices et pneus du véhicule. Pour les 4X4, elles doivent être montées de préférence sur les quatre roues.

Les chaînes à neige augmentent l’adhérence sur la neige, la boue, les graviers et, selon le modèle, également sur la glace. Bien souvent, elles constituent une alternative intéressante et peu coûteuse aux pneus d’hiver, mais il est essentiel de les choisir avec soin.

Chaines à neige : lesquelles sont les meilleurs pour ma voiture ?

Tout d’abord, le choix des chaînes à neige dépend des caractéristiques de votre voiture et des itinéraires que vous allez emprunter. D’une manière générale, toutes les voitures dont les roues ont un diamètre compris entre 195 mm et 320 mm sont compatibles avec n’importe quel type de chaînes à neige.

Toutefois, les roues avec un diamètre supérieur à 320 mm sont définies comme « non chainables » car l’espace entre le pneu, le garde-boue et la suspension est trop réduit et ne permet pas de monter les chaînes correctement et en toute sécurité.

D’accord, mais, que faire dans ces cas-là ? Aucun problème : Il est possible d’acheter un kit de chaîne avec une épaisseur réduite à 7 mm ou de choisir un kit à montage externe.

 

Comment monter des chaînes à neige ?

Le montage des chaînes à neige peut sembler difficile à première vue, mais en pratique quelques étapes très simples suffisses pour les monter rapidement et facilement :

  • Arrêtez la voiture dans un endroit sûr en laissant le volant en position neutre, avec les roues droites et parfaitement alignées avec la carrosserie.
  • Avant le montage, étalez les chaînes et vérifiez qu’il n’y a pas de nœuds ou d’enchevêtrements.
  • Prenez la chaîne et placez-la derrière la roue, puis soulevez-la et fixez-la au sommet de la roue en reliant les deux extrémités du câble, très souvent fabriquées en plastique.
  • Reliez maintenant les maillons (ils sont généralement jaunes ou d’une couleur facilement identifiable) à l’aide des crochets fournis pour former une ceinture octogonale autour de la jante.
  • Prenez la chaîne restante (généralement rouge) et attachez-la à la boucle à l’autre extrémité.
  • Utilisez l’embout en caoutchouc pour serrer la chaîne autour de la roue, puis fixez-le à l’un des maillons extérieurs pour assurer une bonne tension.

Voilà, votre voiture est équipée de chaînes à neige !

 

Chaussettes à neige : Fonctionnement et montage

Les chaussettes de neige permettent de recouvrir entièrement la roue et le pneu d’un véhicule. Elles sont fabriquées dans un matériau synthétique spécial, généralement du polyester. Cette matière a la particularité d’adhérer à la neige, et permet par exemple d’éviter de glisser et déraper sur les routes hivernales de montagne.

Point fort : les chaussettes à neige sont plus rapides à installer que les chaînes à neige, et selon la loi Montagne, elles font partie des équipements homologués.

Vous n’aurez aussi aucun souci pour les choisir car elles s’adaptent à toutes les largeurs et diamètres de pneus !

Comment installer les chaussettes à neige ?

L’installation des chaussettes à neige est simple…non très simple !

  • Vous devez garer votre voiture sur un terrain plat, en prenant soin d’enclencher le frein à main.
  • La chaussette à neige doit être retirée de son étui et placée sur le dessus de chaque roue motrice, en la faisant glisser le long des bords aussi loin que possible.
  • Une fois le pneu partiellement enveloppé, avancez légèrement la voiture (d’environ un mètre) afin de pouvoir envelopper la totalité du pneu.
  • L’élastique de la chaussette est ensuite passé derrière la roue pour fixer la chaussette de façon permanente.

Ne vous inquiétez pas si la chaussette semble être de travers après l’installation. Lorsque le véhicule roule, elle se positionne correctement sur le pneu.

Entretien auto régulier

Entretien auto régulier : les bons réflexes à adopter

La vérification de l’usure et de la pression correcte des pneus, le contrôle du système de freinage et l’entretien régulier de la voiture garantissent une conduite beaucoup plus sûre pour l’automobiliste. Faire un contrôle régulier de sa voiture est non seulement important pour la sécurité, mais aussi pour éviter de dépenser beaucoup plus d’argent au fil du temps.

Et retenez également qu’un entretien régulier commence par des contrôles faciles à effectuer. En outre, ils vous permettront de vérifier l’état général de la voiture et de prendre rendez-vous avec un garagiste en cas de gros pépins.

Voyons à présent quels sont les points essentiels à vérifier pour entretenir sa voiture.

L’état des pneumatiques

Au moins une fois par mois et avant chaque long voyage, il est conseillé de toujours vérifier la pression des pneus, sans oublier de vérifier également la pression de la roue de secours.

La pression des pneus avant est le plus souvent différente de celle indiquée pour les pneus arrière.Vous pouvez également vous rendre chez votre revendeur de pneus pour vérifier l’état de vos pneus et les remplacer si nécessaire.

Une mauvaise adhérence au sol peut entraîner une perte de contrôle du véhicule, notamment sur les routes glissantes causées par la pluie, la neige ou la glace.

Si vous roulez avec des pneus usés ou dont la pression est insuffisante et que vous devez freiner brusquement en cas d’incident imprévu, les distances de freinage sont dangereusement écourtées, encore plus en cas de conditions humides.

Le système de freinage

La sécurité vient d’abord et avant tout des freins. C’est en fait, la distance de freinage et le temps de réaction du conducteur qui vont déterminer la distance d’arrêt.

Mais, il faut également tenir compte de l’état de la route et des conditions météorologiques. Si elles sont défavorables, la distance d’arrêt du véhicule augmente jusqu’à par exemple 2 fois en cas de forte pluie.

Autre point  logique mais essentiel pour la sécurité routière : la distance d’arrêt est corollaire de la vitesse du véhicule. Par conséquent, une vitesse adéquate et respectueuse du code de la route est la meilleure méthode pour freiner en toute sécurité.

Il est essentiel de vérifier les freins (plaquettes et niveau de liquide) au moins tous les 20 000 km et à des intervalles encore plus courts si vous conduisez principalement en ville, où les freins sont plus sensibles à l’usure.

Si le système de freinage n’est pas correctement contrôlé, il peut subir toute une série de dommages : outre la « vitrification » (durcissement) des plaquettes, il peut y avoir des déformations, des rayures du disque dues au non-remplacement des plaquettes usées, la formation de fissures ou de fentes dans la ceinture de freinage et, dans certains cas rares, la rupture complète du disque.

Le liquide de freinage

Le liquide spécial qui remplit le système de freinage hydraulique ne doit jamais descendre en dessous du niveau spécifié. Si cela se produit, un témoin lumineux s’allume dans la voiture. Mais, si vous voulez éviter cet avertissement, le mieux est encore de vérifier le niveau directement dans le petit réservoir situé dans le compartiment moteur.

Attention si le liquide baisse trop rapidement, cela pourrait être dû à une fuite qui, pour votre propre sécurité, doit être immédiatement colmatée.

L’état des feux de la voiture

Le bon fonctionnement du système d’éclairage, c’est-à-dire les feux de position, les feux clignotants, les feux de route et les feux de brouillard sont très importants pour conduire en toute sécurité.

Contrôle du niveau de l’huile moteur

Le contrôle du niveau d’huile moteur est une opération qui peut être effectuée de manière autonome, en veillant toutefois à faire l’appoint avec la même huile que celle utilisée précédemment et surtout en évitant de mélanger des produits différents. Il est recommandé de vérifier le niveau d’huile au moins tous les 1 000 km.

Il s’agit d’un contrôle d’une importance fondamentale pendant la période de rodage et il doit toujours être effectué en maintenant la voiture sur un terrain plat après au moins 5 minutes d’arrêt du moteur. N’oubliez pas de toujours nettoyer la jauge avant chaque contrôle et de ne pas ajouter de lubrifiant en excès afin d’éviter d’endommager le moteur.

Le changement complet de l’huile est plutôt à effectuer par un mécanicien.

Contrôle du niveau du liquide de refroidissement

Chaque fois que vous vérifiez le niveau d’huile du moteur, vous devez également vérifier le niveau du liquide de refroidissement. Le contrôle doit être effectué avec la voiture sur un terrain plat et avec un moteur froid et le niveau du liquide doit se situer au niveau de la marque sur le réservoir en plastique.

Ce sont là, tous les points essentiels à contrôler sur une voiture et que monsieur tout le monde peut faire sans même avoir de connaissance mécanique.

Bien entendu, en cas de pannes ou de défaillances majeures, un rendez-vous rapide chez votre garagiste ou concessionnaire Renault, Peugeot, Citröen, Volkswagen, Audi ou autres marques s’impose.

Comprendre les pièces essentiels de son véhicule

Apprendre à mieux connaitre la mécanique de sa voiture

La mécanique automobile est souvent l’affaire de professionnels. En outre, il s’agit aussi d’un savoir et d’un savoir-faire passionnant… à partir du moment où on ose mettre ses doigts dans le cambouis.

Dans ce petit article, nous allons tenter de vous expliquer le rôle et le fonctionnement de quelques pièces automobiles connues de tous dans leur expression, mais déjà beaucoup pour moins pour ce qui concerne leurs caractéristiques mécaniques !

Kit de distribution : Quelles sont les pièces qui le composent ?

En général, lors de l’entretien du système de distribution, on remplace non seulement la courroie ou la chaîne de distribution, mais aussi les différents composants qui y sont liés, tels que les tendeurs de courroie fixes et réglables ou le galet tendeur.

Sur de nombreux moteurs, le kit de distribution se compose uniquement de la courroie de distribution et du galet tendeur. Et, sur d’autres on trouve également des tendeurs de courroie. À noter aussi que sur les moteurs équipés d’une chaîne de distribution, il faut également changer (en plus de la chaine) les patins sur lesquels la chaîne glisse.

En général, lorsqu’il est temps de changer le kit de distribution, cela signifie aussi que la pompe à eau est également sur le point de nécessiter un entretien. Le remplacement de la pompe en même temps que le kit de distribution est une bonne décision à prendre. En effet, le coût supplémentaire pour remplacer la pompe sera en fait automatiquement rentabilisé puisque vous économisez une seconde intervention mécanique à venir.

Il en va de même pour la courroie d’accessoire. Son remplacement n’est pas compliqué en raison de sa position à l’extérieur du moteur. Il est donc toujours préférable de la remplacer en même temps que le kit de distribution.

Bougie de préchauffage : ça sert à quoi ?

Les bougies de préchauffage des voitures sont alimentées par le système électrique du véhicule.Elles se trouvent exclusivement dans les moteurs diesel et sont placées près des injecteurs pour aider à enflammer le carburant lorsque le moteur est à basse température.

Contrairement aux bougies d’allumage, qui fonctionnent en permanence lorsque la voiture est en marche, une bougie de préchauffage fonctionne exclusivement au démarrage du véhicule, atteignant une température très élevée en quelques secondes afin de donner l’impulsion énergétique indispensable à la combustion du carburant diesel lorsque le moteur est froid.

Turbo : comment ça fonctionne ?

Le fonctionnement de la turbine est lié à celui du compresseur, et les deux sont nécessaires à la composition du turbocompresseur. Le turbo ou turbocompresseur (formé par la turbine et le compresseur) doit être alimenté par un mélange spécifique de carburant et d’air pour pouvoir fonctionner correctement.

Grâce à ce mélange, il est ainsi possible d’utiliser une plus grande quantité de carburant et en correspondance on obtient un moteur plus performant et efficace.

Afin d’augmenter la quantité de carburant dans le moteur, la turbine et le compresseur de la voiture doivent travailler en binôme pour que l’ensemble du mécanisme fonctionne.

En premier, on a donc le compresseur qui augmente la pression de l’air aspiré et amène le jet vers les chambres de combustion.

Et, lorsque le jet d’air arrive dans les chambres de combustion, la turbine est activée et commence à tourner afin de redistribuer de l’énergie à la roue du compresseur. Par conséquent, plus le compresseur dirige d’air dans les chambres de combustion et plus la vitesse de rotation de la turbine augmente.

Support moteur : Quel est son rôle et à quoi sert-il ?

Pendant le fonctionnement du moteur, des vibrations se forment à l’intérieur de celui-ci. Si vous le fixez sur un support étroit, il y aura un bourdonnement terrible dans l’habitacle, que la voiture soit à l’arrêt ou qu’elle roule sur une route parfaitement lisse !

Selon la conception du châssis de la voiture, le support moteur permet la fixation du bloc moteur et de la boîte de vitesses.

Le support moteur a donc principalement une fonction d’amortissement. Outre le fait qu’il protège contre la propagation des vibrations du moteur et de la transmission dans tout l’habitacle, il empêche aussi le moteur et la transmission de bouger sur les routes accidentées.

Pompe à eau : Quelle est son rôle ?

La pompe à eau d’une voiture est un dispositif indispensable chargé de faire circuler le liquide de refroidissement dans le système de refroidissement. Autrement dit, elle permet au moteur de fonctionner à une température optimale.

Si la pompe à eau ne fonctionne pas correctement, le processus de refroidissement ne peut plus se faire et il se produit donc ce qu’on appelle une surchauffe, pouvant causer des dommages irréparables.

Dans ce cas, en raison de températures élevées, l’huile moteur perd de sa viscosité naturelle et, elle ne lubrifie plus autant que nécessaire. Et, c’est toute la mécanique de la voiture s’use plus vite !

Filtration : un rôle majeur pour le moteur

Zoom sur la filtration du véhicule

Saviez-vous que votre voiture est équipée de différents filtres ?  Certainement que vous allez me répondre oui ! D’ailleurs, vous en connaissez probablement déjà un ou deux, peut-être pas tous.

En réalité, les filtres d’une voiture remplissent de nombreuses fonctions et très schématiquement, on peut dire qu’ils fonctionnent à la manière d’un tamis : ils retiennent les solides qui ne doivent pas circuler dans le carburant, le moteur ou l’habitacle.

Alors, vous êtes curieux d’en savoir plus ?  Alors, c’est parti, nous allons maintenant vous dire quels sont les quatre types de filtres qui se cachent dans votre véhicule !

Le filtre de l’habitacle

Pour beaucoup d’entre nous, l’arrivée du printemps se traduit le nez coule, les yeux gonflés et la gorge irritée. La raison ? Le pollen ! Pour vous garantir un voyage en voiture et en total confort, le filtre d’habitacle est là pour votre santé.

Bien entendu, il n’y a pas que le pollen, il y a aussi les particules de saleté, la poussière, la suie, l’azote, les hydrocarbures ou les dioxydes de soufre. Toutes ces choses qui bourdonnent dans l’air et qui sont pas très bonnes et agréables à respirer.

La concentration de polluants sur les routes a énormément augmenté ces dernières années. Vous pensez être à l’abri de toute cette pollution dans votre voiture ? Malheureusement, vous avez tort ! La pollution à l’intérieur de la voiture peut même être nettement plus élevée qu’à l’extérieur. La raison en est très simple : le ventilateur de l’alimentation en air frais ou du système de climatisation aspire l’air pollué dans votre voiture et le distribue dans l’habitacle.

Heureusement, vous pouvez compter sur votre filtre d’habitacle pour garder un air propre et respirable !

Filtre habitacle
Filtre habitacle

Le filtre à air

Il n’y a pas que votre intérieur qui a besoin d’air frais. Le moteur aspire également de l’air. Bien entendu, cet air est également contaminé par des particules de saleté et de poussière. En fait, le degré de saleté de l’air dépend de la saison, du temps, de l’état de la chaussée et de l’environnement. Si l’air pollué entrait directement dans le moteur, les signes d’usure seraient très vite visibles.

Pour contrer cela, rien de plus efficace que le filtre à air. C’est l’un des composants essentiels d’un moteur à combustion. En résumé, sa mission est de nettoyer l’air aspiré par le moteur. Cela garantit un processus de combustion optimal et protège votre moteur comme les pièces de l’usure.

Le remplacement du filtre à air est très simple à faire soi-même et ne nécessite aucun outillage spécifique. Il suffit de soulever le capot et vous trouverez le boîtier réceptacle du filtre à air en haut du compartiment moteur. Pour l’ouvrir, il suffit d’ouvrir les clips qui maintiennent le couvercle, ou bien de desserrer quelques vis, et vous verrez alors le filtre en question, certainement bien noirci. À noter qu’il est souvent fabriqué à partir d’un papier spécial qui ne restreint pas le flux d’air vers le système de carburant, mais qui parvient en même temps à retenir les impuretés. Retirez le filtre à air sale et remplacez-le simplement par un neuf et propre.

Filtre à air
Filtre à air

 

Le filtre à carburant

Outre le filtre à air, les moteurs à combustion (essence comme diesel) fonctionnent également avec un filtre à carburant. En fait, le carburant utilisé pour alimenter le moteur doit être exempt de saletés. En Europe occidentale la qualité des carburants est règlementée et contrôlée. Néanmoins, vous ne pouvez jamais exclure complètement la possibilité que des particules de saleté ou de l’eau pénètrent dans votre réservoir. Là encore, cela entraînerait une usure, par exemple en obstruant les très petits trous du système de traitement du carburant. En même temps, l’eau pourrait provoquer une corrosion qui, dans le pire des cas, finirait par paralyser complètement le moteur.

C’est donc là que le filtre à carburant entre en jeu. L’essentiel est qu’il élimine la saleté et l’eau du carburant. Il contribue ainsi de manière importante à la sécurité de fonctionnement de votre moteur.

Filtre à carburant
Filtre à carburant

Le filtre à huile

Maintenant, vous connaissez déjà deux filtres avec lesquels votre moteur fonctionne : le filtre à air et le filtre à carburant. Quoi, vous n’en avez toujours pas assez ? Bien, alors nous allons en ajouter un autre: le filtre à huile.

Pour fonctionner de manière optimale, votre moteur doit être bien lubrifié avec une huile moteur de première qualité joue un rôle important qui doit être d’une propreté absolue.

Filtre à huile
Filtre à huile

Mais, pendant le processus de combustion, des particules de saleté, de la suie ou des résidus de combustion peuvent pénétrer dans l’huile. Cela ne le rend pas seulement sale, mais l’épaissit aussi. Une alimentation correcte du moteur en huile devient alors plus possible et la consommation de carburant augmente.

Heureusement, il y a le filtre à huile. Il garantit donc une huile propre et des performances moteur impeccables. En outre, le filtre à huile permet également d’éviter des réparations coûteuses.

Avec ces quatre systèmes de filtration, votre voiture est équipée de manière optimale. Vous êtes alimenté en air frais et pouvez respirer librement. Votre moteur est également poussé au maximum de ses performances grâce à un air pur, un carburant performant et une huile purifiée !

Quand changer les filtres de la voiture ?

Lors du remplacement des filtres, vous devez tenir compte des conditions de conduite et du type de filtre. Vous trouverez des informations plus détaillées directement dans le manuel du véhicule.

En moyenne, les intervalles de remplacement des filtres sont les suivants :

  • Filtre à air du moteur : tous les 25 000 km ;
  • Filtre à air de l’habitacle : 15 000/25 000 km ; ou après 6 000/7 000 km dans les régions très sablonneuses.
  • Filtre à huile : tous les 12 mois ou tous les 10 000/15 000 km. Il est remplacé en même temps que la vidange d’huile moteur ;
  • Filtre à carburant : tous les 45 000/55 000 KM.

 

Huile moteur : comment la choisir et pourquoi la changer

L’importance des huiles moteur et huiles de boite de vitesses

Commençons par dire que cet article a pour intention de clarifier tous vos doutes sur les différences entre une huile moteur et une huile de boite de vitesses et vous apprendre également à choisir le bon produit pour votre véhicule.

Trop de conducteurs se demandent quelle est la meilleure huile pour leur voiture, celle qui répond aux spécifications du constructeur ou encore celle qui a la bonne viscosité. Ce sont là, des questions très importantes pour le bon entretien d’un véhicule et pour cette raison, nous voulons partager avec vous les informations essentielles sur ce sujet qui très souvent sème de la confusion à la fois chez les automobilistes comme chez les experts en mécanique.

Partie 1 : Les huiles moteur

Qu’est-ce qu’une huile moteur ?

L’huile moteur, également connue sous le nom de lubrifiant ou d’huile de lubrification, est un liquide qui est utilisé pour les moteurs à combustion interne, qu’ils soient diesel, à essence, au gaz naturel, au GPL ou hybrides.

Il est constitué d’une base minérale ou synthétique à laquelle on ajoute une série d’additifs (moins de 30 %) pour lui conférer des propriétés et des caractéristiques qui le rendent adapté à des applications spécifiques. Les additifs réduisent la formation de saletés, diminuent la friction et la consommation, font varier la viscosité et inhibent l’oxydation.

À quoi sert l’huile de moteur ?

L’huile moteur est un produit utilisé pour l’entretien des véhicules et pour la vidange. Sans huile, un moteur ne pourrait pas fonctionner et se gripperait au bout de quelques kilomètres. Aussi, avec une huile inappropriée, le moteur pourrait subir des dommages irréversibles.

Un lubrifiant moteur a une fonction apparemment très simple, à savoir créer un film permanent (une fine couche) entre toutes les pièces mobiles du moteur (piston-cylindre, coussinet-arbre d’entraînement, etc.) pour éviter le contact direct entre les surfaces métalliques.

Pour vous donner une image, pensez à un piston qui se déplacerait à l’intérieur de son cylindre : si les segments du piston (plus communément appelés  » joints de piston « ) entrent en contact direct avec la chemise de cylindre, ce dernier serait rayé et bloqué, et ne pourrait plus poursuivre sa course.

L’huile moteur empêche le contact entre les segments de piston et la chemise du cylindre, ce qui permet au piston de fonctionner en douceur. Mais ce n’est pas tout. En effet, l’huile moteur ne sert pas seulement à lubrifier, mais aussi à refroidir les surfaces métalliques en retirant une petite partie de la chaleur excédentaire produite par la combustion et en la transférant au liquide de refroidissement.

Quelle est la viscosité d’une huile moteur ?

Sur tous les emballages d’huile moteur, vous trouverez des codes tels que : 0W30, 5W30, 5W40 10W40, 15W40, 15W50, etc, pour ne citer que les plus courants.  Ce sont les indications de la viscosité à froid et à chaud. C’est l’une des propriétés les plus importantes que vous devez connaître pour choisir la bonne huile.

La viscosité représente la résistance d’un fluide à l’écoulement. Si une huile est plus visqueuse qu’une autre, cela signifie qu’elle rencontrera plus de résistance au mouvement, c’est-à-dire qu’elle aura plus de mal à se déplacer, à circuler.

Vous comprenez maintenant que la viscosité est une propriété très importante pour les huiles moteur. Sa signalétique est toujours indiquée sur l’emballage par une paire de chiffres :

  • Un premier chiffre associé à la lettre W (winter=hiver) qui indique la viscosité de l’huile à froid ;
  • Un second nombre indique la viscosité à chaud ;

Les normes des huiles moteurs : SAE, ACEA et API

Les fabricants d’huiles moteur indiquent toujours 3 normes sur leur flacon. À savoir : SAE, ACEA et API. Voyons à quoi correspond ces acronymes.

Norme huile moteur SAE

La norme SAE dont l’acronyme signifie en anglais « Society of Automotive Engineers » informe sur la viscosité du lubrifiant à haute et basse température, par exemple 10W40, 5W30.

Norme huile moteur ACEA

La norme d’huile moteur ACEA dont l’acronyme signifie en français « Association des Constructeurs Européens Automobile » sert à informer sur la qualité des lubrifiants selon une échelle de un à cinq.

Norme huile moteur API

Il s’agit là d’une norme américaine dont l’acronyme se traduit par American Petroleum Institute. Veillez à ce que la première lettre corresponde au carburant (S= essence, C=gazole), puis choisissez une deuxième lettre au moins égale ou plus éloignée dans l’alphabet que celle indiquée dans votre carnet d’entretien.

D’autres types d’information existent. C’est par exemple le cas de l’huile moteur Renault 5W30 C4 pour véhicules équipé de FAP (filtre à particule).  On peut aussi retrouver des normes qui sont spécifiquement liées aux constructeurs automobiles. Par exemple BMW a introduit la spécification BMW 5W30 Longlife 4 et Volkswagen, la 5W30 507.00.

Le plus simple pour vous y retrouver est encore de consulter le carnet d’entretien du véhicule ou tout simplement de faire confiance à votre mécanicien lors de la vidange moteur par exemple.

Partie 2 : Les huiles de boîte de vitesses manuelles et boîte de vitesses automatique

Une huile de boîte de vitesses manuelles ou boîte automatique est utilisée pour lubrifier les composants de la transmission d’une voiture afin d’obtenir des performances optimales.

Son rôle fondamental sert à garantir un passage facile et fluide des rapports et surtout à éviter des frictions qui endommageraient irréversiblement les pièces mécaniques. Retenons ici que l’huile de boîte de vitesses manuelle et boîte de vitesses auto va permettre que les pignons soient correctement graissés.

À quoi sert une huile de boîte de vitesses ?

Si la fonction première du liquide de boîte de vitesses est de lubrifier les différentes parties de la transmission, il a également d’autres utilités :

  • Nettoyage et protection des surfaces métalliques contre l’usure ;
  • Amélioration de la fonction de refroidissement et réduction des températures moteur ;
  • Augmentation de la vitesse de rotation moteur et augmentation de la plage de température sur les pièces du système de transmission.

Comment choisir l’huile de transmission ?

La première chose à savoir est de choisir son lubrifiant de transmission en fonction du type de boîte de vitesses : automatique ou manuelle. Chaque huile est en fait adaptée à un type de système de transmission. Encore une fois, un bon réflexe pour savoir quelle huile de transmission utilisée est de se référer au carnet d’entretien de sa voiture ou simplement de demander conseil à son garagiste

Quelles sont les huiles de transmission les plus utilisées ?

Les huiles de boîte de vitesses manuelle les plus utilisées :

  • Huile de boîte manuelle 75W80 ;
  • Huile de boîte de vitesses manuelle 75W90 ;

Les huiles de boîte de vitesses automatique les plus utilisées :

  • ATF Dexron 3 ;
  • ATF Dexron 6 ;

Quand changer l’huile d’une boîte de vitesses manuelle et automatique ?

L’huile de transmission se change moins souvent que l’huile moteur. La vidange d’une boite manuelle est conseillée tous les 200 000 km et celle d’une boîte automatique tous les 60 000 km environ.

Toutefois, le premier signe qui doit vous alerter du moment de faire la vidange de boîte est bien sûr la difficulté à passer les rapports ! Attention, on pense souvent à changer d’huile moteur et plus rarement l’huile de transmission !

 

Alternateur et démarreur

Alternateur et démarreur : comment ça fonctionne ? À quoi ça sert ?

Votre voiture ne veut plus démarrer ? S’agit-il d’une défectuosité du démarreur ou de l’alternateur ? Pour savoir diagnostiquer une panne sur l’une des deux pièces, il faut déjà savoir à quoi elles servent, et comment elles fonctionnent.

Dans cet article, on va justement faire le point sur le rôle du démarreur et de l’alternateur tout en expliquant l’interdépendance du démarreur, de l’alternateur et de la batterie. Si votre voiture ne veut plus démarrer, il se pourrait bien que l’une de ces pièces soit HS…

Alternateur : qu’est-ce que c’est ?

L’alternateur est un composant électrique rotatif qui utilise des champs électromagnétiques pour transformer l’énergie mécanique en électricité. Il se compose de deux éléments : un fixe, le stator, et un mobile, le rotor. Le premier a la forme d’un cylindre creux, à l’intérieur duquel le second tourne. Les deux sont composés de conducteurs électriques formant des circuits séparés.

Alternateur : comment ça fonctionne ?

L’alternateur utilise la loi d’induction électromagnétique de Faraday pour fournir de l’énergie électrique. Lorsque le moteur tourne, il met le rotor en mouvement par l’intermédiaire d’une courroie. La rotation crée un champ électromagnétique qui induit des forces électromotrices dans les enroulements du stator.

L’alternateur fournit ainsi de l’énergie électrique sous forme de courant alternatif, qui est ensuite converti en courant continu par un redresseur à diodes intégré à l’alternateur, afin de pouvoir être stocké dans la batterie.

Le rendement de l’alternateur est d’environ 80 %, ce qui signifie que la consommation d’un kW du moteur correspond à la production de 0,8 kW d’électricité. Tout dysfonctionnement du système peut être signalé par l’allumage du témoin d’avertissement avec le symbole de la batterie dans le tableau de bord.

Alternateur : à quoi ça sert ?

L’alternateur joue un rôle fondamental dans le fonctionnement d’une voiture. L’énergie électrique qu’il produit et qui est stockée dans la batterie est utilisée pour alimenter tous les dispositifs électriques et électroniques, du démarreur aux feux, en passant par les systèmes nécessaires au fonctionnement du moteur (alimentation batterie) ainsi que les systèmes de sécurité (ABS, ESP).

Alternateur défectueux : symptômes

Plusieurs signes doivent alerter l’automobiliste lorsque l’alternateur ne fonctionne plus correctement : diminution du flux lumineux des feux, vitres électriques qui se baissent ou qui se referment lentement,  témoin de la batterie allumé en continu, batterie déchargée même après un long trajet, bruit anormal au démarrage du véhicule… pour tout ces cas de figure, il y a de fortes chances que l’alternateur soit en panne ou usé.

Quel est le prix d’un alternateur ?

L’alternateur est une pièce relativement onéreuse. Selon la marque de votre voiture et de son modèle, vous devrez approximativement dépenser entre 100 et 650 €.

Démarreur : qu’est-ce que c’est ?

Le démarreur est l’un des composants fondamentaux du système de démarrage des moteurs essence et diesel. Même s’il s’agit d’un dispositif de petites dimensions, il permet le démarrage du moteur, en transformant l’énergie électrique de la batterie en un mouvement rotatif permettant au moteur d’atteindre une vitesse suffisante pour fonctionner de manière autonome.

Voyons ci-dessous comment il fonctionne et ce qu’il faut faire en cas de panne ou de dysfonctionnement.

Démarreur : comment il fonctionne ?

D’un point de vue technique, le démarreur peut être de trois types : électrique, pneumatique et hydraulique.

Le démarreur électrique est le plus utilisé, car on le trouve sur presque tous les moteurs à essence et diesel de petite et moyenne cylindrée. Il est constitué d’un moteur électrique à aimant permanent ou à courant continu équipé d’un solénoïde de démarrage.

Lorsque le courant électrique de la batterie de la voiture est appliqué au solénoïde (généralement au moyen d’une gâchette commandée par la clé de contact), celui-ci actionne un levier qui pousse le pignon de la partie transmission vers l’extérieur, l’engageant ainsi dans la couronne du volant moteur.

Pendant ce temps, le solénoïde ferme le circuit haute tension du moteur pour que celui-ci commence à tourner. Un ressort dans le boîtier du solénoïde sert alors à désengager le démarreur.

Les démarreurs pneumatiques, en revanche, sont moins courants.  Ils sont surtout installés sur les moteurs diesel de grosse cylindrée. Le fonctionnement de ce dispositif est assez simple : à travers une chambre de pression, une turbine est activée. Cette dernière, grâce à une série de réducteurs, met en mouvement la couronne du volant moteur, d’une manière assez similaire à un démarreur électrique.

Le moteur hydraulique est le moins répandu, bien qu’il soit très fiable et sûr, car il peut fonctionner même à des températures élevées. Il n’est utilisé que dans certains moteurs diesel (entre six et seize cylindres).

Démarreur défectueux : symptômes

Comme il joue un rôle fondamental dans le démarrage du moteur, le démarreur doit faire l’objet d’une surveillance constante afin de rechercher d’éventuels symptômes qui pourraient indiquer un défaut ou un dysfonctionnement.

Un démarreur défectueux ou qui fonctionne mal peut être dû à un certain nombre de causes. L’une d’entre elles est une batterie déchargée : dans ce cas, une fois la clé tournée dans le commutateur d’allumage, bien que le tableau de bord s’allume, on n’entend qu’un léger bruissement.

Si, en revanche, le moteur produit un bruit sourd, le défaut concerne alors l’électroaimant qui, provoque des chutes de tension, empêchant le mécanisme de fonctionner correctement. En d’autres termes, le démarreur tourne au ralenti parce que l’aimant est usé. Ce dysfonctionnement peut également être temporaire, dû au froid, au durcissement du lubrifiant ou à un niveau de charge trop faible de la batterie.

Quel est le prix d’un démarreur ?

Le prix d’un démarreur est compris entre 100 € pour les modèles les moins chers et 400 € pour les plus coûteux. Tout dépend en définitive du modèle de votre voiture et de sa marque.

Besoin de remplacer l’alternateur ou le démarreur de votre voiture ? Vous pouvez commander ces deux pièces en ligne depuis le site partauto.fr.

 

 

Kit de distribution

Tout savoir sur le kit de distribution  et la pompe à eau

Tous les automobilistes ont déjà entendu parler du kit de distribution, mais peu savent exactement ce que c’est ! Rapidement, le kit de distribution est l’ensemble des composants qui vous permettent de synchroniser le mouvement des pistons et des soupapes, tout en assurant le refroidissement du moteur. Il se compose de plusieurs éléments, notamment :

–  La courroie de distribution ;

– Les tendeurs de courroie et/ou galets tendeurs ;

– La pompe à eau : selon le modèle de la voiture, le kit de distribution peut inclure la pompe à eau.

Courroie de distribution : définition et fonctionnement

La définition de la courroie de distribution fait référence à un composant fondamental du moteur réalisé en matériau élastique qui a pour fonction de synchroniser le vilebrequin avec l’arbre à cames.

La courroie de distribution est soumise à une tension importante et toute déchirure du tissu élastique peut entraîner un désalignement du vilebrequin avec l’arbre à cames et une défaillance des pistons, des soupapes et, dans certains cas, de la pompe à eau.

Quand est-il nécessaire de changer la courroie de distribution ?

Pour savoir quand changer la courroie de distribution et/ou le kit de distribution, il est toujours conseillé de consulter le carnet d’entretien du véhicule.

D’une manière générale, on peut dire qu’en cas d’utilisation régulière de la voiture, il convient de remplacer la courroie de distribution entre 60 000 et 120 000 kilomètres, tandis que si l’utilisation est peu intensive, vous pouvez remplacer la courroie de distribution tous les cinq ou six ans environ.

À noter également qu’en cas de rupture de la courroie de distribution, votre garagiste peut vous proposer de changer intégralement le kit de distribution selon l’état d’usure des autres éléments comme notamment les galets tendeurs.

Changement du kit de distribution : pour quelle raison ?

Un kit de distribution qui fonctionne mal va irrémédiablement abîmer le moteur de la voiture. Les raisons principales d’un kit de distribution défaillant sont :

  • Pièces en mauvais état de fonctionnement ;
  • Perte de liquide ;
  • Problème moteur ;
  • Non-respect de l’entretien mécanique de la voiture ;
  • Pièces mécaniques grippées.

Pompe à eau : à quoi sert-elle ?

La pompe est le véritable cœur du système de refroidissement de la voiture, car son rôle est de transmettre la puissance générée par l’arbre mécanique directement au liquide de refroidissement, afin de lui permettre de circuler.

Le liquide qui arrive refroidi par le radiateur atteint directement les ailettes de la pompe qui le renvoient vers les points critiques du moteur. Et, il reprend son chemin vers le radiateur, dans un cycle continu, ce qui évite de graves dommages aux parties les plus soumises à la chaleur, comme les pistons et les cylindres.

Malheureusement, la pompe à eau est sujette à l’usure due aux contraintes thermiques et mécaniques. C’est pourquoi, elle doit être contrôlée périodiquement pour éviter de graves dommages au moteur !

Kit de distribution et pompe à eau : quoi savoir ?

Sur certains modèles de voitures, la courroie de distribution a un double emploi. Non seulement, elle sert à maintenir la synchronisation du vilebrequin et des arbres à cames, mais elle peut parfois aussi servir à entraîner la pompe à eau.

Alors, pour quelles raisons changer la courroie de distribution et la pompe à eau ?

Techniquement, le remplacement de la pompe à eau avec la courroie de distribution n’est pas obligatoirement une nécessité. Si le liquide de refroidissement ne fuit pas et que le moteur ne surchauffe pas, la pompe à eau fonctionne toujours.

Toutefois, il existe également plusieurs raisons pour lesquelles le remplacement en même temps de la courroie de distribution et de la pompe à eau est une bonne idée :

  • La durée de vie de la pompe à eau est généralement comprise entre 60 000 et 120 000 kilomètres et si la courroie de distribution tombe en panne, en raison du simple vieillissement ou de la défaillance d’un galet tendeur, la pompe à eau est susceptible de tomber en panne en même temps ;
  • La pompe à eau n’est pas facile à atteindre sans exposer d’abord la courroie de distribution. Ainsi, si vous changez déjà la courroie, le remplacement simultané de la pompe ne représente qu’un faible surcroît de travail.

C’est principalement pour ces raisons mécaniques, qu’il est intéressant d’acheter un kit de distribution avec pompe à eau.

Quel est le prix d’un kit de distribution ?

Tout d’abord, vous devez savoir qu’il est recommandé de remplacer l’ensemble du kit de distribution. A savoir :

  • Changement de la pompe à eau ;
  • Changement des galets tendeurs ;
  • Changement de la courroie de distribution ;
  • Changement de la courroie d’alternateur.

En réalité, le coût d’un kit de distribution dépend du modèle de véhicule et son prix peut aller du simple au double.

Pour vous faire une idée, la courroie de distribution et les galets tendeurs ont un prix moyen aux alentours des 80 €. Pour les modèles les moins chers, la pompe à eau revient à 20 € environ et la courroie d’alternateur à une dizaine d’euros.

Changement par soi-même du kit de distribution : une bonne ou une mauvaise pratique ?

Techniquement, il est toujours possible de remplacer la courroie de distribution et la pompe à eau de votre voiture par vous-même.

Toutefois, il s’agit d’un processus qui exige également beaucoup de précision. Une fois la courroie retirée, les arbres à cames et le vilebrequin sont libres de tourner indépendamment. Vous devez donc être absolument sûr de les maintenir alignés lors du remplacement de la courroie. Sinon, vous aurez un moteur défectueux avec des nouvelles pannes à prévoir !

A moins que vous ne soyez un mécanicien expérimenté, le plus sage est encore de confier le remplacement du kit de distribution avec pompe à eau à votre garagiste.

Le remplacement d’un kit de distribution et la pompe à eau par un garagiste professionnel demande beaucoup d’heures de main-d’œuvre et le coût de l’intervention est facturé en moyenne entre 200 et 600 €.

 

 

 

 

 

Comment économiser de l’argent sur les réparations automobiles ?

Transformer son garage en atelier pour voiture : Comment faire ?

Avoir une voiture dans le meilleur état possible est indispensable pour nos activités quotidiennes. L’indépendance que le véhicule peut nous donner est transcendantale et c’est pourquoi tous les soins que nous lui apportons ne sont pas suffisants. Cela implique un coût et donc, nous nous demandons comment économiser sur l’entretien de ma voiture

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez économiser de l’argent sur les réparations de votre voiture avec un peu d’astuce. Voici quelques conseils pour économiser de l’argent sur les réparations automobiles !

Faire le tour du marché et recherchez des réductions sur les pièces autos

Si vous n’avez pas de mécanicien en qui vous avez confiance, soyez prêt à en chercher un. En règle générale, faites diagnostiquer les problèmes de votre voiture par au moins deux techniciens. Comparez ensuite leurs estimations et suivez les économies réalisées.

Par ailleurs, nous le comprenons : vous voulez remettre votre voiture sur la route le plus rapidement possible. Le covoiturage, les véhicules de prêt et les voitures de location peuvent représenter un inconvénient majeur. Mais la vérité est que vous pouvez souvent économiser facilement de l’argent sur les réparations automobiles en recherchant des pièces auto pas chères , des coupons en ligne et toute sorte de réduction sur les réparations.

Soyez prêt à faire la réparation vous-même

Il y a certaines interventions dans la voiture que vous pouvez faire vous-même. Certains contrôles nécessitent un minimum de connaissances en mécanique, comme le fait de changer soi-même l’huile moteur ou la batterie. Il y a également d’autres choses que vous pouvez faire de manière simple : le liquide de lave-glace, les phares qui sautent, changer un fusible ou nettoyer l’accumulation de poussière sur le moteur, Aussi, vous pouvez facilement changer la batterie de votre voiture, remplacer les feux de freinage, changer les balais d’essuie-glace, effectuer les changements de filtre à huile, et bien plus encore.

Économisez de l’argent : les pièces automobiles que vous pouvez acheter

Il est possible d’économiser de l’argent sur les dépenses et l’entretien de votre voiture. Nombreuses sont les pièces auto que vous pouvez acheter pour votre voiture si vous voulez payer moins cher. Voici quelques exemples de pièces automobiles qu’il vaut la peine d’acheter pour économiser de l’argent :

Disques et plaquettes de freins

Si le moment est venu d’acheter de nouveaux disques et plaquettes de freins, l’une des façons d’économiser de l’argent en période de ralentissement économique est de les remplacer par des disques et plaquettes de freins neufs et pas chers.

La capacité d’absorber et de dissiper la chaleur, le taux d’usure et la quantité de bruit et de poussière qu’ils génèrent sont autant de facteurs à prendre en compte lors du choix de disques et plaquettes de freins. Les pièces autos de mauvaise qualité peuvent être très bruyantes, s’user plus rapidement et provoquer également l’usure d’autres pièces du système de freinage, comme les rotors de frein. Ce qui entraîne des coûts plus élevés à long terme.

Rétroviseur

Un autre conseil pour économiser de l’argent sur l’achat de pièces pour votre voiture est de remplacer un rétroviseur cassé par un rétroviseur neuf. Le rétroviseur latéral n’est peut-être pas très cher, mais un rétroviseur avec des caractéristiques spéciales peut être très cher à remplacer. Quoi qu’il en soit, l’achat d’une pièce neuve vous garantira des économies sur le long terme.

Amortisseurs

Les amortisseurs sont aussi importants que les pneus ou les freins en matière de sécurité, il est donc essentiel de reconnaître les signes de vieillissement. De même, il est essentiel que, lorsque le moment est venu de les remplacer, vous devez choisir des amortisseurs neufs.

Alternateur

Le fil de l’alternateur peut se rompre avec l’usure du temps. Ce qui laisse votre voiture incapable de générer suffisamment de courant pour charger la batterie et vous laisse en rade lorsque la batterie finit par s’épuiser. Une solution consiste à utiliser des alternateurs reconstruits.

Kit de distribution

Lorsque la courroie de distribution cède, il ne suffit pas de remplacer le kit de distribution, un examen plus approfondi du moteur est nécessaire. En effet, lorsque la courroie se rompt, il n’y a plus de synchronisation avec le moteur, les pistons cognent et les soupapes s’immobilisent. Cela signifie, au minimum, qu’il faut remplacer les soupapes, ou les actionneurs de soupapes, l’arbre à cames ou la culasse par des pièces neuves.

Cardan

Le cardan est une pièce importante, la plus soumise à l’usure. Et sa durée de vie est variée en fonction de la conduite adoptée et de l’usage de la voiture. Pour que cette pièce assure parfaitement sa fonction qui consiste à transmettre le couple du moteur et la puissance vers les roues motrices, vous devez n’acheter qu’un cardan neuf. Cela vous permettra également de faire des économies.

Huiles de moteurs

Si vous vous apprêtez à changer l’huile de votre voiture, la question suivante a sûrement surgi dans votre esprit : quelle huile dois-je acheter ? La chose la plus importante à savoir avant d’acheter de l’huile est le type d’huile de votre voiture, la date de fabrication de votre modèle, le type de moteur qu’elle utilise et la température ambiante de la région où vous vivez.

Boite de vitesse

La fonctionnalité des boîtes de vitesses est essentielle pour que la voiture s’adapte aux circonstances de la route. L’achat de ces pièces n’est pas une décision facile à prendre. De ce fait, choisissez des modèles neufs pour éviter les éventuels remplacements.

Triangles de suspension

Dans certains cas, il est possible de ne remplacer que la rotule qui présente du jeu.   qui entraîne une direction imprécise (problèmes de parallélisme) affectant le logement de la rotule et peut entraîner une perte de contrôle du véhicule. C’est pourquoi, chaque fois que la rotule est remplacée, le véhicule doit, dès que possible, subir un réglage du parallélisme (équilibrage) par un spécialiste. Selon le type de triangle, les rotules et les silent-blocs peuvent être facilement remplacés à la main. Dans d’autres cas il est nécessaire d’utiliser une presse hydraulique dans un atelier qualifié.

 

L’assurance automobile

L’assurance automobile : les points essentiels

Avoir une voiture n’est pas aussi facile qu’il y paraît. Il ne suffit pas de savoir conduire et d’avoir l’argent pour lti’acheter. Puis vient le moment de souscrire une assurance et, à ce moment-là, les questions qui se posent sont les suivantes : qu’est-ce qu’une assurance auto, que protège la police d’assurance auto et à quoi ça sert ? Dans cet article, vous trouverez les réponses à toutes vos questions.

Assurances pour un tournage

Définition d’une assurance automobile

Une assurance automobile est un contrat entre le propriétaire d’un véhicule et un assureur dont l’objectif est de couvrir financièrement les risques liés à la conduite et à la propriété du véhicule.

Une assurance automobile est donc un mécanisme par lequel les risques liés à l’utilisation de votre véhicule sont transférés d’une personne physique ou morale à une compagnie d’assurance comme L’olivier Assurance, une marque d’assurance française du groupe Admiral, créée en 2010. Son objectif est de fournir à ses clients une garantie solide au meilleur prix, et surtout, d’offrir une expérience moderne centrée sur l’utilisateur.

Chaque compagnie d’assurance au tiers est responsable des dommages causés à un autre véhicule, qu’il s’agisse de dommages matériels ou personnels. Cependant, elle ne couvre pas les dommages causés par la faute du client assuré.

Une assurance automobile peut vous protéger contre les situations suivantes : dommages matériels à votre véhicule, dommages causés à des tiers, vol (total ou d’accessoires), dommages causés par des actes de malveillance ou des phénomènes naturels, entre autres, selon le type d’assurance que vous souscrivez.

Que protège une police d’assurance automobile ?

Une police d’assurance automobile protège :

Les personnes : celles qui se trouvent à l’intérieur du véhicule et celles qui sont touchées par une action du véhicule.

Le véhicule : elle protège les dommages que la voiture à la suite d’un accident ou d’un sinistre, ainsi que le vol de la voiture. Cela peut inclure les parties mécaniques telles que le radiateur d’eau (https://www.partauto.fr/c1681-radiateur-eau) ou les éléments de carrosserie comme les phares avant (https://www.partauto.fr/c1735-phare-avant) ou les pares chocs.

Les biens des tiers : elle protège également les biens des tiers qui sont touchés par le véhicule en raison d’un accident ou d’un sinistre.

À quoi sert l’assurance automobile ?

L’assurance automobile vous aide à protéger votre véhicule, ainsi que vous-même et vos passagers, contre les collisions, le vol, les dommages et ainsi que les tiers touchés par un accident. Voici quelques raisons d’avoir une assurance automobile :

La tranquillité d’esprit au volant de votre voiture

Il y a des événements qui, lorsqu’ils se produisent, vous causent une perte économique importante. C’est pourquoi le fait d’avoir une assurance pour votre voiture vous permettra de conduire en toute sérénité puisque, par exemple, elle peut vous apporter une aide en cas de sinistre :

  • Le vol de votre véhicule.
  • Dommages à votre véhicule.
  • Blessures des passagers.
  • Etc,

Il s’agit d’un petit investissement mensuel qui se traduira par des économies pour votre avenir. L’assurance fonctionne sur le principe de base du transfert des risques. Cela signifie qu’il est logique d’opter pour la certitude d’un petit paiement contre la possibilité d’une perte future ou d’un dommage important.

Gagner du temps et dépenser moins en cas d’accident de voiture

En cas d’accident, les conséquences peuvent aller du coût élevé de la réparation de votre véhicule aux dommages matériels importants causés aux autres véhicules, voire aux blessures des personnes. Grâce à l’assurance automobile, la perte ou les dommages peuvent être indemnisés et votre situation financière n’en sera pas affectée.

En outre, en ayant une assurance automobile, vous gagnerez du temps, puisque vous aurez la certitude de recevoir une assistance en cas de panne ou de défaillance. L’assistance comprend : le service de remorquage, le moyen de transport, le séjour, le transport, le dépôt et la garde de votre véhicule réparé et récupéré, le transport des compagnons en cas de blessures, la localisation et l’expédition des pièces de rechange, la voiture de remplacement, l’assistance en cas de problèmes mécaniques légers, l’inspection du véhicule pendant vos vacances, le chauffeur professionnel pour la révision technique et le remplacement et l’entretien au kilomètre. Tous ces services et prestations peuvent varier en fonction du plan contracté.

Par ailleurs, la couverture des paiements médicaux et la protection contre les dommages corporels vous aident à payer vos factures médicales si vous êtes blessé dans un accident. Ces couvertures peuvent également contribuer à couvrir les dépenses de vos passagers suite à l’accident. Les dépenses couvertes peuvent inclure les visites à l’hôpital, les factures médicales et les opérations chirurgicales.

Une protection contre le vol

Avec une assurance automobile, votre voiture sera protégée contre le vol avec perte totale et même contre le vol des accessoires de votre voiture. Ce n’est pas parce que vous êtes un bon conducteur que vous n’avez pas besoin d’une assurance automobile. Personne n’est à l’abri d’un vol de voiture et en souscrivant une assurance, vous serez protégé contre ces dépenses qui seraient autrement très difficiles à assumer.

Si vous voulez souscrire une assurance au tiers, par exemple, vous aurez la certitude que si un accident se produit (quelle que soit sa gravité), la compagnie prendra en charge toutes les dépenses que la personne impliquée peut subir. Si vous n’aviez pas ce type d’assurance, vous devriez prendre en charge, au cas où vous seriez la cause de l’accident, toutes les dépenses liées aux dommages subis par l’autre voiture et aux blessures de l’autre conducteur.

Pour conclure, les avantages décrits ici sont certainement plus importants que ceux que vous connaissez déjà. Sans aucun doute, il est très pratique de les avoir. De plus en plus de personnes souscrivent une assurance automobile et les raisons en sont évidentes.

Il est très risqué et irresponsable de conduire sans la protection adéquate, car vous n’avez pas toujours le contrôle sur les circonstances qui provoquent un accident de véhicule.

Pour son bien-être personnel, le bien-être des autres et pour éviter des pertes importantes, tout propriétaire de véhicule devrait avoir une assurance automobile. Parfois, les gens retardent cette décision par manque d’informations ou par crainte de choisir la mauvaise police, mais cela ne devrait pas être votre cas.

 

Huile de direction assistée

Introduction

Le système de direction assistée équipant la majorité des voitures récentes requiert un entretien régulier pour éviter son usure prématurée et sa défaillance. Le remplacement de l’huile de direction assistée figure parmi les opérations courantes à réaliser. Si vous possédez des notions en mécanique automobile, vous pouvez vidanger le fluide vous-même. Dans le cas contraire, contactez un professionnel. Quand faut-il remplacer le liquide de direction ? Pourquoi cette manœuvre est-elle importante ?

Utilité de l’huile de direction assistée

La plupart des véhicules actuels sont dotés d’un système de direction assistée. Ce dernier peut fonctionner grâce à une assistance hydraulique, électro-hydraulique ou électrique. La lubrification des boîtes de vitesses est assurée par l’huile de direction assistée portant la mention ATF ou Automatic Transmission Fluid.

Tout comme l’huile de transmission, l’huile de direction assistée sert à lubrifier le système pour empêcher le frottement entre les pièces mécaniques et éviter leur usure précoce. Comme son nom l’indique, ce fluide a pour mission de graisser les boîtes de vitesses. Les huiles de direction assistée sont soumises à une norme établie par General Motors. Cette prescription portant la dénomination Dexron détermine la viscosité du liquide, son point éclair et sa densité.

Les spécificités des différentes huiles de direction assistée

Les différentes sortes d’huiles de direction assistée varient en fonction de leur composition et diffèrent par leur couleur.

La composition

L’huile minérale est constituée de pétrole raffiné ainsi que d’additifs indispensables pour optimiser ses performances et ses propriétés. Contrairement aux autres types de fluide, elle n’est pas agressive envers les éléments en caoutchouc. L’on retrouve également l’huile de synthèse essentiellement composée de polyalcools, de polyesters et d’une once de pétrole raffiné. Elle comporte également certains additifs. Ce fluide se distingue par sa faible viscosité et sa résistance accrue face aux températures extrêmes. Il affiche également une longue durée de vie. Dans le commerce, l’on retrouve aussi l’huile semi-synthétique. Elle est constituée à la fois d’huile minérale et d’huile synthétique. Sa viscosité est assez faible, son niveau de lubrification est optimal et sa production de mousse est moindre. Cependant, ce liquide s’avère plus agressif que les autres produits.

La couleur

Outre la composition, la couleur des huiles de direction assistée permet également de les différencier. Les fluides teintés de rouge sont des produits soumis à la norme de General Motors. Ils sont généralement destinés aux véhicules asiatiques à savoir Toyota, Hyundai, Kia, Mazda ou Nissan. L’on retrouve également des huiles de direction assistée de couleur jaune. Elles sont fabriquées par le groupe Daimler ainsi que d’autres entreprises sous licence et sont plutôt dédiées aux véhicules signés Mercedes-Benz. Les fluides de direction assistée de couleur verte sont produits par la société Pentosin et sont destinés aux véhicules de marque Volkswagen, Ford, Bentley, BMW, Volvo ou autres.

Pourquoi remplacer l’huile de direction assistée ?

Comme la vidange mentionnée dans le carnet du véhicule, le remplacement de l’huile de direction assistée figure parmi les opérations incontournables de son entretien régulier. Cependant, il arrive que la qualité du fluide s’altère de manière prématurée en raison de plusieurs facteurs. En premier lieu, l’huile s’use rapidement lorsque le circuit de direction assistée est extrêmement sollicité et/ou lorsque des pertes de pression apparaissent subitement. Ensuite, la surchauffe et la dégradation du système de direction peuvent causer l’altération précoce du fluide. Une conduite trop agressive fait beaucoup plus travailler le système de direction assistée, ce qui entraîne l’usure prématurée de l’huile. Enfin, si l’huile utilisée ne répond pas aux exigences techniques du véhicule, son propriétaire risque de le détériorer prématurément.

Quand remplacer l’huile de direction assistée ?

Selon les préconisations des constructeurs, l’huile de direction assistée doit être remplacée tous les 100 000 km, soit tous les 1 ou 2 ans. Toutefois, en cas d’apparition de l’un des symptômes suivants, pensez à vidanger le fluide :

  • Changement de couleur ;
  • Émanation d’une odeur de brûlé ;
  • Augmentation de l’effort lors du changement de vitesse ;
  • Apparition de bruits inhabituels ;
  • Liquide de direction assistée qui fuit.

Si vous procédez au changement ou à la réparation de la pompe ou d’un élément du système de direction assistée, remplacer l’huile s’impose également. Vous trouverez sur notre plateforme une sélection de garages automobiles fiables et compétents qui peuvent prendre en charge le remplacement de l’huile de direction assistée de votre voiture.